Log in:  

Register

Doping in Austria

The Clinic is the only place on Cyclingnews where you can discuss doping-related issues. Ask questions, discuss positives or improvements to procedures.

Moderators: Eshnar, King Boonen, Red Rick, Pricey_sky

Re: Doping in Austria

07 Mar 2019 20:07

search wrote:
ppanther92 wrote:
BullsFan22 wrote:Yeah, that may be it as well. Landertinger involved as well?

I would not go as far yet. Hauke posted a video on facebook this summer where they were doing a training session in Ramsau together. But thats rather weak evidence.

Anyway, Eder today gave a radio station an interview in which he said that he got contacted about the doping clinic in Erfurt and immediately reported that. If so, things look not too good for th Austrian Skiing Federation.


the interview with him in the Kleine Zeitung today screams "guilty" though ;)

- "I am so shocked, I can't believe how anyone can be so dumb to take such a risk."
- "I can barely contentrate on sports anymore."
- "I never expected such a doping ring to exist."
- "There are two idiots going baloney, and it destroys everything."
- "I don't think that there'll be a focus on Austrian athletes [in terms of doping controls]. The inspectors know what they are doing, and that there's nothing to find over here."


True, i kind of feel the same, when someone goes over the top to prove he is not a doper. The interview seems almost like copy and paste from Peiffer's.
ppanther92
Member
 
Posts: 615
Joined: 03 May 2015 10:27

07 Mar 2019 21:08

yeah. no idea what kind of readership this newspaper usually attracts, but even in the biggest hinterland there barely can be anyone left who is naive enough to believe that this is the full truth
User avatar search
Senior Member
 
Posts: 2,129
Joined: 29 Aug 2009 10:43

Re:

08 Mar 2019 07:32

Robert5091 wrote:https://www.dn.se/sport/dopade-danskens-maskin-kan-ha-anvants-i-skid-vm-skandal/
Chicken said the serialnumber on the machine is the same as his, and 40 bloodbags would be from 12 to 15 "clients".

5 of those bags are from Denifl, according to Austrian media
User avatar search
Senior Member
 
Posts: 2,129
Joined: 29 Aug 2009 10:43

Re: Doping in Austria

08 Mar 2019 09:49

4-5 bags per athlete would be expected I think. The 40 bags will relate to around 10 athletes. 7 so far, so only going to be a few more athletes related to the blood bags I think. I don't know if the police have records of doping too though to incriminate athletes by name? I'm pretty sure that will be encrypted or simply not recorded. Preidler said his fear was he didn't know if his doping was encrypted or not and gave his admission anyway.
samhocking
Senior Member
 
Posts: 2,070
Joined: 13 Mar 2013 22:44

14 Mar 2019 18:34

Some news in Le Monde. Doping scheme seems to be blood in - blood out very quickly and, surprise, no microsdosing but up to 800mL blood

L’opération « Aderlass » (« la saignée », en allemand) va-t-elle provoquer une hémorragie dans le sport allemand et autrichien ? Deux semaines après l’arrestation coordonnée de Mark Schmidt, le médecin au centre du réseau de dopage, en Thuringe, et de cinq fondeurs ayant bénéficié de ses services aux championnats du monde de ski nordique en Autriche, les contours du réseau apparaissent progressivement aux enquêteurs.

Ils laissent entrevoir une organisation très structurée, couvrant de nombreux sports et plusieurs pays, et comparée à la mafia russe ou des Balkans par le chef des enquêteurs autrichiens.

Les premiers aveux de sportifs ont également permis de lever le voile sur des méthodes de dopage inédites, conçues pour échapper au passeport biologique, l’arme des fédérations sportives pour détecter le dopage sanguin.

Depuis l’arrestation de cinq fondeurs à Seefeld (deux Autrichiens, deux Estoniens et un Kazakh), trois sportifs ont avoué leur implication dans ce réseau : un autre fondeur estonien et deux cyclistes autrichiens, Stefan Denifl et Georg Preidler (membre de l’équipe française Groupama-FDJ).
Lire aussi Dopage : un coureur de l’équipe française Groupama-FDJ démissionne
« Bien plus gros que ce que l’on en connaît aujourd’hui »

L’interrogatoire de Mark Schmidt par la police allemande a débuté mercredi 13 mars et se poursuivait jeudi. Après son arrestation, son avocat avait fait savoir qu’il collaborerait avec les autorités.

Selon nos informations, d’autres cyclistes ont été identifiés parmi ses clients. Ce qui ne serait pas une surprise : il fut jadis médecin de l’équipe cycliste Gerolsteiner, disparue fin 2008 après une succession de cas de dopage dont l’encadrement était parfaitement au courant, selon les témoignages des coureurs. Il avait ensuite rebondi dans l’équipe allemande Milram, évoluant elle aussi en première division et fermée en 2010.

« D’autres sports d’été sont très probablement concernés, dit au Monde Michael Cepic, directeur de l’Agence autrichienne antidopage (NADA), associée à l’enquête par les autorités locales. Compte tenu du style d’organisation, je pense que c’est bien plus gros que ce que l’on en connaît aujourd’hui. »

En 2014, le docteur Schmidt s’était vanté dans la presse locale de suivre 50 à 60 sportifs pratiquant notamment le handball, le football et l’athlétisme. Il parlait alors en tant que dirigeant d’un centre agréé de médecine du sport, donc tout à fait fréquentable.

Dans les faits, il approchait lui-même des sportifs pour leur proposer de se doper, gratuitement dans un premier temps afin qu’ils puissent constater eux-mêmes le bénéfice qu’ils en tireraient.

A l’automne 2018, déjà, les autorités autrichiennes avaient contacté la NADA pour se renseigner sur le profil de certains sportifs soupçonnés de faire partie de ses clients. La police locale avait pu mettre sur écoute quelques membres du réseau Schmidt.

Les confessions, en janvier à la télévision allemande ARD, de l’ancien fondeur Johannes Dürr, client du médecin, a déclenché un vent de panique. Des changements de mode opératoire ont été ouvertement évoqués et ont permis l’accélération des événements, explique une source proche de l’enquête.

Dans le cabinet du médecin à Erfurt, les policiers allemands ont saisi une grosse quarantaine de poches de sang. « Les experts nous disent que cela doit correspondre à 10 ou 15 sportifs, pas plus, explique Michael Cepic. Mais compte tenu de la logistique – transfusion, transport du sang, traitement du sang – et de l’implication des parents de Mark Schmidt, nous pensons que la liste des clients est beaucoup plus longue. Sa mère est médecin, son père avocat renommé, ils connaissaient les risques et ne se seraient pas mouillés pour des revenus de seulement 50 000 euros par an. Les enquêteurs s’interrogent donc sur l’existence d’une deuxième cache. »
Liste de noms codés

Le praticien avait-il deux bases, à l’instar de l’Espagnol Eufemiano Fuentes, au centre de l’affaire Puerto qui avait impliqué des figures du cyclisme mondial en 2006 ? Chez Mark Schmidt a été trouvée une liste de noms codés, comme chez l’Espagnol, dit une source proche de l’enquête. « A la différence de Fuentes qui opérait depuis l’Espagne, Schmidt et ses proches voyageaient beaucoup, même sur les compétitions », ajoute cette source.

A la différence de l’opération Puerto, où l’expiration du délai n’a jamais permis de connaître la liste complète des propriétaires des poches de sang saisies dans le repaire du docteur Fuentes, l’Agence mondiale antidopage s’est rapidement assurée de pouvoir exploiter celles d’Erfurt. Les rapprochements entre les ADN des poches de sang et ceux des sportifs suspects seront faits dans les prochains mois.

La lutte antidopage va par ailleurs bénéficier des détails des modes opératoires donnés par les sportifs. « A la lumière des premières informations, on se rend compte que les protocoles de dopage à partir desquels on travaille sont complètement dépassés », se désole le responsable antidopage d’une grande fédération internationale.

Les clients du docteur Schmidt réalisaient des transfusions trois à quatre heures avant une compétition et non la veille au soir, après l’heure limite de contrôle (23 heures), comme le pensaient les spécialistes.

Ce timing leur permettait de ne pas faire apparaître de variations considérables dans leurs valeurs sanguines. « Tous présentaient des passeports biologiques hautement suspicieux », dit toutefois au Monde le directeur général de l’Agence mondiale antidopage, Olivier Niggli, mais pas au point d’engager une procédure contre eux.
De grandes poches de sang avant la compétition

« Le sang était injecté peu de temps avant la compétition, on le reprenait juste après, et on évitait de faire un podium entre-temps car sinon on pouvait être testé juste après la compétition, détaille Olivier Niggli. Cela permettait à certains de ces athlètes de finir à une position honorable qui les satisfaisait, sans s’exposer à un contrôle à l’arrivée. »

Alors que les chercheurs pensaient avoir, grâce au passeport biologique, contraint les tricheurs à pratiquer des microtransfusions (entre 70 et 150 millilitres de sang), certains sportifs du docteur Schmidt se transfusaient jusqu’à 800 ml de sang à quelques heures de leur épreuve, puis allaient uriner deux ou trois fois avant le début de la compétition. De sorte que la proportion de globules rouges dans leur sang grimpait considérablement, facilitant l’alimentation de leurs muscles en oxygène.

Après l’épreuve, l’absorption d’un litre d’eau salée permettait de faire baisser rapidement l’hématocrite, l’un des éléments entrant dans l’évaluation des passeports biologiques des sportifs. Et en se retirant le sang juste après la course, les sportifs bénéficiaient d’un sang enrichi en globules rouges qu’il pourraient se réinfuser pour les prochaines échéances.

Faudra-t-il, dès lors, que les préleveurs antidopage fassent des prises de sang juste avant les compétitions, quitte à perturber les athlètes dans leur préparation ? « On doit tirer les conséquences de cette affaire », estime Michael Cepic. « Il va falloir étudier cela de près », confirme Olivier Niggli. Les conséquences de l’opération « Aderlass » ne se limiteront pas aux seuls clients du docteur Schmidt.

Clément Guillou (Lausanne (Suisse), envoyé spécial)
Oufeh
New Member
 
Posts: 17
Joined: 28 Sep 2015 16:32

14 Mar 2019 19:08

Thanks Oufeh

"The blood was injected shortly before the competition, it was withdrawn right after, and we avoided making a podium in the meantime because otherwise we could be tested just after the competition, details Olivier Niggli. This allowed some of these athletes to finish at an honorable position that satisfied them, without being exposed to a check on arrival. "

So this works for those who are happy not to podium.
Ideal for leadout men / workhorse doms.

While the researchers thought they had, thanks to the biological passport, forced the cheaters to practice microtransfusions (between 70 and 150 milliliters of blood), some sportsmen of Dr. Schmidt transfused up to 800 ml of blood within hours of their test, and then urinated two or three times before the start of the competition. So that the proportion of red blood cells in their blood increased considerably, facilitating the feeding of their muscles with oxygen.

After the event, the absorption of one liter of saline water allowed the rapid reduction of hematocrit, one of the elements involved in the evaluation of athletes' biological passports. And by withdrawing the blood just after the race, the sportsmen benefited from a blood enriched in red blood cells that could be reincilated for the next deadlines
User avatar TourOfSardinia
Veteran
 
Posts: 7,885
Joined: 16 Feb 2010 14:25
Location: Sardinia

Re:

14 Mar 2019 21:20

TourOfSardinia wrote:So this works for those who are happy not to podium.
Ideal for leadout men / workhorse doms.


The perfect doping scheme for the "The Most Top-10 Without Wins" contenders.
User avatar Ricco'
Member
 
Posts: 1,276
Joined: 14 Aug 2012 18:41
Location: Coimbra, Portugal

14 Mar 2019 22:52

Once again this scheme was uncovered by police raids, proving that the sporting authorities are failing to solve the problem. In spite of the many tests, blood passport etc. this could have continued for years if it hadn't been for the police intiative.
La fatica in montagna per me è poesia (Fatigue in the mountains is poetry to me) - Marco Pantani
Van een ezel kunt ge geen koerspaard maken (You can't turn a donkey into a race horse) - Patrick Lefevere
User avatar Pantani_lives
Member
 
Posts: 1,293
Joined: 03 May 2010 13:27

Re: Re:

15 Mar 2019 12:50

Ricco' wrote:
TourOfSardinia wrote:So this works for those who are happy not to podium.
Ideal for leadout men / workhorse doms.


The perfect doping scheme for the "The Most Top-10 Without Wins" contenders.

but then we have the Vuelta 2017 stage 17: Villadiego - Los Machucos:
Denifl
was on the podium

and still he didn't get nicked.
User avatar TourOfSardinia
Veteran
 
Posts: 7,885
Joined: 16 Feb 2010 14:25
Location: Sardinia

Re: Re:

15 Mar 2019 23:09

TourOfSardinia wrote:
Ricco' wrote:
TourOfSardinia wrote:So this works for those who are happy not to podium.
Ideal for leadout men / workhorse doms.


The perfect doping scheme for the "The Most Top-10 Without Wins" contenders.

but then we have the Vuelta 2017 stage 17: Villadiego - Los Machucos:
Denifl
was on the podium

and still he didn't get nicked.


Depends if they took blood on the podium. ~30% of ABP controls in-competition comprise of giving a blood passport sample in cycling. Far better than FIS though where it's about 7% in compeition and only mainly only in Cross Country, not Nordic.
samhocking
Senior Member
 
Posts: 2,070
Joined: 13 Mar 2013 22:44

Re:

16 Mar 2019 07:31

Pantani_lives wrote:Once again this scheme was uncovered by police raids, proving that the sporting authorities are failing to solve the problem. In spite of the many tests, blood passport etc. this could have continued for years if it hadn't been for the police intiative.

exactly
Shut up, Jens!
glassmoon
Member
 
Posts: 1,577
Joined: 19 May 2012 08:56

Re:

18 Mar 2019 01:53

Pantani_lives wrote:Once again this scheme was uncovered by police raids, proving that the sporting authorities are failing to solve the problem. In spite of the many tests, blood passport etc. this could have continued for years if it hadn't been for the police intiative.


It was actually done in large part by former doper Johannes Dürr giving an interview to German station ARD. Without his words to the media and authorities, this may not have happened. The police investigated, yes, but without Dürr, this doesn't happen. The police only investigated and busted people because doping in Austria is against the law and you get jail sentences (not just suspensions from competition).
BullsFan22
Senior Member
 
Posts: 3,244
Joined: 22 Jun 2010 21:19

Previous

Return to The Clinic

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 13 guests

Back to top